Afin de garantir des conditions de sécurité optimales aux clients qui empruntent les autoroutes tout en assurant la pérennité des chaussées, les Sociétés Concessionnaires d’Autoroute (SCA) concentrent leurs auscultations sur deux volets principaux : l’adhérence et l’intégrité de la couche supérieure des chaussées. Ces deux aspects constituent l’axe majeur de la surveillance des chaussées autoroutières et de leur entretien.

Dans ce contexte et depuis de nombreuses années, les SCA, le Réseau Scientifique et Technique de l’Etat ainsi que les opérateurs privés ont développé des techniques pour surveiller et ausculter les chaussées, et plus particulièrement la couche de roulement qui est en contact direct avec les véhicules et soumise aux sollicitations des PL et aux agressions climatiques (fortes températures, gel / dégel…). Ces auscultations s’appuient sur des appareils équipés de caméras et de capteurs qui permettent des relevés à grand rendement (dans le flot de circulation, à une vitesse moyenne de 85 km/h).

Il n’existe pas actuellement de cadre normatif ou règlementaire concernant ce type de mesures. Or compte-tenu des enjeux associés à ces auscultations, il est apparu crucial pour les SCA de s’assurer de la fiabilité des résultats et de leur caractère reproductible en fonction des différents véhicules utilisés et des méthodes de traitement mises au point.

Plus récemment, les évolutions technologiques dans ce domaine ont conduit à l’apparition sur le marché de nouveaux capteurs de mesures appelés capteurs LCMS (Laser Crack Measurement System). Leur système de mesure laser permet de détecter les principales dégradations de surface telles que fissures, nids de poules, arrachements, ornières, etc…, et cela avec une résolution pouvant atteindre 5 millimètres à 100 km/h.

C’est à partir de ce constat que cette campagne d’essais croisés a été inscrite dans le cadre du Projet National Durée de Vie Des Chaussées (DVDC) qui comprend une thématique « caractérisation de l’état des chaussées ».

Cette action, menée avec les 5 opérateurs disposant de ce matériel en France (4 privés et 1 public), a pour objectif d’une part de comparer les résultats de mesures effectuées dans les mêmes conditions (à savoir le même jour et sur les mêmes planches de chaussées) et d’autre part de voir comment la continuité des résultats peut être assurée. L’objectif ultime est d’aboutir à un référentiel d’auscultation partagé et unique pour le réseau autoroutier concédé.


Pour des raisons de commodité logistique, les planches expérimentales ont été retenues à proximité de Dijon, sur les autoroutes A5, A31, A36 et A6. Sur une longueur de 10 km chacune, seule la voie située à droite (sollicitée essentiellement par les PL) a été auscultée. Pour une meilleure représentativité, divers états de chaussées et techniques de couche de roulement ont été considérés.

Le calendrier prévisionnel est le suivant :
– Réalisation de l’expérimentation le 25 mars 2021 ;
– Traitement et analyse des données entre avril et août 2021 ;
– Restitution et premiers livrables en septembre 2021.

Le 25 mars 2021, les 5 opérateurs (CEREMADIAGWAYGINGERNEXTROAD et TECHNOLOGIES NOUVELLES) se sont donc réunis sur le réseau de APRR pour mesurer l’état de chaussées autoroutières dans les mêmes conditions. Les 5 véhicules, équipés de capteurs laser de type LCMS (Laser Crack Measurement System), auscultaient en continu la surface des chaussées, dans le cadre d’une expérimentation menée en partenariat avec le Projet National Durée de Vie des Chaussées, l’IREX, l’ASFA et les opérateurs de mesures.
Avec le retour du soleil et l’accompagnement tout au long de la journée des services de l’exploitation APRR, cette première étape sur le terrain a permis de collecter en toute sécurité l’ensemble des données utiles à l’expérimentation.



Nous vous proposons de découvrir ci-dessous la mise en œuvre de cette campagne exceptionnelle, en vidéos et photos.

edit du 13 sept. 2021 :

Nous vous proposons de revenir une nouvelle fois sur la campagne d’essais croisés réalisée au printemps dernier, cette fois-ci en compagnie de toutes les parties prenantes !
La vidéo, plus longue, vous permettra d’en savoir plus sur l’articulation des essais croisés dans le cadre du Projet National DVDC.

Le Projet National DVDC (Durée de vie des chaussées), administré par l’IREX et lancé en 2016, prendra fin en 2022. Le n°977 de la Revue Générale des Routes et de l’Aménagement consacre tout un dossier à ce projet qui a associé maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre, publics et privés, entreprises et laboratoires de recherche, afin de développer des méthodes de qualification de l’état et de la durée de vie des chaussées et d’améliorer la planification et le dimensionnement des travaux d’entretien.

Au sommaire :

  • Editorial
  • Vers une méthode d’évaluation de la durée de vie résiduelle des chaussées
  • Projet national DVDC : améliorer la maintenance des réseaux routiers
  • Mécanismes de dégradation des chaussées par analyse du retour d’expérience des maîtres d’ouvrage
  • Évaluation des interfaces de chaussées en France : séminaire sur les travaux en cours dans la profession
  • Vers une caractérisation non destructive des performances résiduelles des enrobés bitumineux
  • Auscultation des chaussées : vers une méthode de relevés automatiques
  • Suivi automatisé du réseau secondaire : utilisation en régie de l’outil Miranda
  • Exploitation des mesures radar pour la caractérisation des interfaces de chaussées
  • Durée de vie des chaussées en béton de ciment
  • Modélisation des chaussées fissurées par RDM enrichie et méthode d’éléments finis mixtes
  • Modélisations du décollement et simulation de la propagation de fissures
  • Analyse probabiliste du dimensionnement des chaussées
  • Étude de l’agressivité du trafic sur les couches de surface

Les prélèvements de matériaux sur le troisième site expérimental retenu pour le projet MoveDVDC permettant l’évaluation de leur vieillissement in-situ, ont été réalisés le 14 Octobre 2020. Ce site se situe sur une section entre le PR60 et le PR62 de la RD14 du département de l’Hérault. Cette section a été  élargie en 2005 entre les communes Maraussan et Cazouls-lès-Béziers. La zone prélevée se situe sur la voie dans le sens Maraussan vers Cazoul-lès-Béziers qui reçoit environ 260 PL/j. La structure en place est de 6 cm BBSG / 10 cm GB3 / 35 cm GNT.

Les matériaux ont été prélevés en deux lots de 8 plaques de 45cm par 65cm et de 3 carottes de 150 mm de diamètres dans deux zones différentes dépourvues de signe de dégradation. Le prélèvement dans la « zone circulée » se situe dans la bande de roulement droite de la voie. La « zone non circulée » se situe au milieu de la voie. Les plaques d’environ 115 kg chacune ont été sciées en place avant d’être enlevées par un outil de pince et une mini pelle et déposées sur palettes. Trois autres carottes ont été également prélevées directement sur des fissures afin d’évaluer l’état de vieillissement sur le liant extrait. Tous les matériaux prélevés sont transportés vers les laboratoires partenaires du projet pour passer aux différents essais de caractérisation.

En plus des prélèvements, une campagne d’auscultation a été organisée sur cette section. Ainsi, des mesures de déflexion et radar ont été réalisées afin d’obtenir des informations complémentaires aux données existantes. Ce complément d’analyse, nécessaire aux différentes études,  permettra d’évaluer la durée de vie résiduelle de la structure de chaussée en place.

Crédits photos : Université Gustave Eiffel

Les avancées du projet national DVDC ont été présentées les 5 et 6 février derniers.

Dans le cadre des travaux du PN, le doctorant Rodrigo Siroma a remporté le premier prix poster pour sa thèse “Méthodes expérimentales et théoriques de détermination de la durée de vie résiduelle d’une chaussée à partir de l’analyse des bitumes extraits”.

Le résumé ludique de sa thèse est disponible en vidéo (durée : 3 min chrono !)

Mise à jour du 16/04/2018 : les vidéos de la session DVDC sont disponibles ! Pour les voir, cliquez sur les liens disponibles ci-dessous

Le Pavement Preservation and Recycling Summit s’est tenu du 26 au 28 mars 2018 à Nice. Ce congrès international a pour objectif majeur d’assurer l’entretien et la modernisation de nos réseaux routiers et de voirie et leurs adaptations aux enjeux de la mobilité de demain.

Les travaux du Projet National de recherche collaborative DVDC visent à mieux comprendre les mécanismes de dégradation des chaussées. Une session complète a donc été consacrée à DVDC le 27 mars. Jacques TAVERNIER, président du PPRS 2018, a introduit lui-même la session. Dominique JAUMARD, président du Projet National et Directeur général adjoint au Département de l’Hérault, a présenté l’intérêt du projet pour la communauté route avant de laisser la parole aux intervenants.

En marge de la session, les congressistes étaient invités à rejoindre l’Irex, coordinateur du PN, sur son stand afin d’échanger sur les projets “route” de l’Institut tout au long du Congrès.

Retour en images sur la session DVDC